La cérémonie du thé (Chado)

 

 

 

La cérémonie du thé (chado), serait née au cours de la période Muromachi (1336-1573). Pendant la période Sengoku (1467-1568), sa pratique était un des signes distinctifs de la classe des samouraïs pour lesquels elle symbolisait la puissance, la sagesse et le prestige. Mais ils l'utilisaient aussi pour divertirs leurs hôtes. Le premier des chefs du clan féodal de Kaga, Maeda Toshiie, avait appris l'art du thé après du grand maître Sen-no Rikyu, comme l'avait fait aussi Oda Urakusai, l'un des seigneurs les plus importants de l'époque. Maeda Toshiie fit beaucoup pour développer la pratique de la cérémonie du thé dans son fief de Kaga. Le troisième seigneur de la lignée, Maeda Toshitsune, se perfectionna auprès d’un autre grand maître, Sen Soshitsu de l’école Urasenke, qu’il avait fait venir auprès de lui à dessein. L’école Urasenke se développa par la suite très rapidement dans le fief de Kaga. Et lorsque le cinquième seigneur, Maeda Tsunanori prît la tête du clan, même les artisans et marchands de la ville étaient connus pour être versés dans cet art dont beaucoup en maîtrisaient parfaitement les codes. Encore de nos jours, de nombreux habitants de la ville continuent de s’adonner à la pratique de la cérémonie du thé au contact de maîtres des écoles Urasenke, Enshu et Sowa. Et dans nombres de sites historiques et culturels de la ville, sa pratique reste très répandue et volontiers proposée aux touristes.

Faire des achats et participer à des ateliers divers et variés